Livre pour un patient au coeur du soin

INTERVIEW: Isabelle El Khiari, autour de son 1er livre “Pour un patient au cœur du soin”

le 6 avril 2021, par Justine Reliance

Isabelle El Khiari est infirmière clinicienne spécialisée dans les approches complémentaires en soins, et nous avons le plaisir de vous faire découvrir son 1er livre « Pour un patient au cœur du soin – Les méthodes complémentaires à l’hôpital » qui vient tout juste de sortir aux éditions Fayard.

Isabelle, nous avons le plaisir de te compter parmi les formateur·trices de Reliance Santé, passionnée par la transmission autour du soin, ce livre en est un témoignage.
Peux-tu nous dire à qui s’adresse ton livre et ce qui t’a poussé à l’écrire ?

Ce livre s’adresse à tous : usagers, soignants, mais aussi aux décideurs, aux ordres professionnels, à l’HAS et au ministère de la santé… Mon but est de rendre visible la pratique des IDE cliniciennes en France et la plus-value de ce type de formation dans une prise en soin globale du patient, d’où la nécessité de la développer. Je souhaite également  montrer l’importance de cadrer les pratiques dans ce domaine afin d’éviter les dérives sectaires et de permettre aux soignants, décideurs d’avoir une vue panoramique, même s’il ni a pas eu de recherche scientifique pour certaines approches complémentaires, toujours en ciblant un partenariat et la qualité de vie du patient.
L’objectif du livre est de permettre le développement des approches complémentaires en soin dans les structures hospitalières, médico-sociales, en libéral et pour tout un chacun, afin d’être dans une vraie dynamique de santé publique et de répondre à la demande de la population française, qui utilise parfois ces approches complémentaires sans connaissance et de façon erronée.
Le livre vise à réconcilier la médecine conventionnelle, des médecines traditionnelles/naturelles et les approches complémentaires, pour une médecine intégrative/holistique centrée sur une personne et non sur une pathologie, avec la nécessité de revoir le système de santé, notamment la tarification à l’activité qui détruit la vraie qualité des soins.
Pour finir, il aborde la relation soignant-soigné qui provoque parfois de la maltraitance, des burn-out ou des pénuries de soignants, toutes professions confondues, avec un focus sur la nécessité de développer réellement les prises en charge des risques psycho-sociaux et le bien-être au travail à l’hôpital, et partout ailleurs.

Isabelle El Khiari

Le soin en gériatrie tient une place particulière pour toi, qu’est-ce qui te pousse à améliorer la vie des personnes âgées hospitalisées ?

La gériatrie est un parent pauvre de la médecine, elle est souvent considérée comme inintéressante car on ne peut pas guérir un vieillard malade. Depuis ma rencontre avec les personnes âgées à l’hôpital, j’ai découvert  ce que pouvait  nous apporter  la sagesse, les connaissances du grand âge mais  j’ai aussi perçu  leurs souffrances, leurs isolements, leurs sentiments d’inutilités, et ressenti une déshumanisation  rendant la personne objet de soin.
Etant d’un tempérament passionné et aimant relever les challenges, j’ai décidé que ma mission de vie serait de mettre à disposition mes connaissances, ma pratique, à autrui, en prenant tout d’abord soin de moi, des autres et notamment des personnes âgées.
Pour cela, je cherche à développer, créer, innover en fonction des difficultés rencontrées sur le terrain, en sachant qu’il y a toujours quelque chose à faire, à dire, quand la médecine ne peut plus rien faire. Je suis donc allée me former sur la douleur, la fin de vie, l’éthique… mais aussi sur les approches complémentaires, quand tout avait été essayé, pour voir si je pouvais améliorer la qualité de vie de mes patients (même grabataire, alité, rétracté, non communiquant). La valeur humaine n’a pas de prix, ni de religion… elle est fondée sur l’empathie, la bienveillance, la compassion, l’amour universel et le respect de tout être vivant.

Isabelle, tu a été aide-soignante, puis infirmière, tu as obtenu un DIU en soins palliatifs, en douleur, un Master en sophrologie Caycédienne, un DIU d’aromathérapie clinique… Depuis 2017, tu occupes le 1er poste d’infirmière clinicienne consultante en France, spécialisée dans les approches complémentaires, au DMU gériatrique, dans deux hôpitaux. Tu n’as cessé de te former tout au long de ta vie, formations certifiantes, professionnelles… 
Qu’est-ce qui te donne cette soif d’apprendre, de te former toujours plus ?

Autodidacte de base et passionnée de la vie, j’ai une soif constante d’apprendre et notamment en améliorant ma qualité de vie personnelle. On sait que l’on passe plus de la moitié de sa vie au travail et cette vocation d’infirmière m’a donné envie de faire mon maximum pour améliorer la qualité de vie d’autrui dans cette tâche qui m’incombe. Je dirais qu’il ni a pas de hasard, à chaque fois que j’ai été confrontée à des difficultés, je me suis formée et cela m’a permis de solutionner des problématiques professionnelles ou personnelles. Toutes mes expériences, formations, m’ont fait grandir, cheminer et rencontrer aussi de belles personnes.
La vie est un apprentissage permanent de la naissance à la fin de vie, l’enrichir avec des choses qui nous passionnent contribue à se maintenir en santé, à rester ouvert à tous les possibles. Je pense que je n’arrêterai jamais de me former, j’ai déjà essayé et cela fut un échec, maintenant je laisse juste venir les choses à moi en toute simplicité et quand cela rentre dans mon planning de “ministre” c’est que cela est pour moi.

Comment as-tu traversé cet période de pandémie ?

Étant une globe trotteuse et adorant voyager pour me ressourcer ou apprendre d’autres cultures, cette pandémie de COVID-19 m’a permis de me recentrer sur moi-même, mais aussi de relativiser, d’être créative, de m’adapter et d’être attentive à mes proches, mes collègues, les patients. J’ai renforcé à 2 reprises l’équipe de nuit et j’ai mis en place dans tous les services des protocoles de gestion du stress par des fleurs de Bach, des synergies d’huiles essentielles par voies olfactive ou cutanée pour stimuler l’immunité, diminuer la fatigue… J’ai pris le temps d’évaluer la qualité du sommeil des patients que je suivais ou de mettre en place des thérapies non médicamenteuse pour éviter d’introduire des anxiolytiques ou somnifères. J’ai aussi fait du soutien d’équipe (individuel et collectif), de la supervision clinique, réglé des problématiques de douleur ou fin de vie…
J’ai retrouvé des équipes beaucoup plus soudées, plus humaines et solidaires devant les difficultés, j’ai vu aussi la nécessité primaire de l’importance de prendre soin des soignants dans ce rythme effréné de travail avec peu de moyen, et de reconnaissance afin qu’ils puissent reprendre soin correctement des patients. Ce qui m’a aidé personnellement c’est mon côté positiviste, ma volonté d’aider et de soutenir au mieux les autres pendant cette pandémie.

Aurais-tu un conseil particulier à donner aux différents soignants qui vont lire cet article?

Je dirais tout d’abord, qu’apprendre à prendre soin de soi pour mieux prendre soin des autres est la clé du bien soigner.
J’invite aussi à se reporter au 4 Accords Toltèques (mon guidline) qui sont :  avoir une parole impeccable (authentique), ne faire aucune supposition (en demandant plus d’informations), ne pas en faire une affaire personnelle (apprendre à relativiser et à ne pas prendre les choses pour soi) et toujours faire de son mieux (ici et maintenant).
Nous sommes simplement des êtres humains, comme tout un chacun avec des qualités et des défauts, mieux les connaître permet de grandir, s’épanouir, évoluer.

Rappelons-nous qu’il est important d’apprendre à passer la main, ce qui est signe de compétence et de capacité à reconnaître ses limites, et que l’union fait la force, on ne peut pas grand-chose seul mais beaucoup de choses ensemble.
Une dernière chose : soignez votre cœur comme si demain c’était vous le patient et tout ira déjà mieux.

Quel regard portes-tu sur Reliance Santé, organisme de formation qui partage tes valeurs sur l’approche holistique de la santé et qui tend à se transformer en entreprise libérée ?

Reliance Santé est un centre de formation, avant-gardiste, centré sur des valeurs humanistes, qui tend à développer et à redonner une vision du soin et de la santé dans sa globalité. On y trouve des personnes bienveillantes, fédératrices, afin d’ouvrir les consciences vers la nécessité de se recentrer sur les fondements du prendre soin, afin de mieux prendre en charge les patients dont nous nous occupons au quotidien, le tout en développant le rôle autonome et une expertise clinique.

Découvrez un extrait du livre d’Isabelle El Khiari ici

Vous pouvez également retrouver Isabelle El Khiari, lors de ces formations :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *