Formation BPCO : la prise en charge d’une affection fréquente

le 17 novembre 2021, par Justine Reliance

Tout d’abord, il faut savoir que la Bronchopneumopathie Chronique Obstructive concerne plusieurs millions de personnes en France. Cette affection des bronches, très souvent liée au tabagisme aigu, occasionne chaque année plusieurs milliers de décès. Sans pouvoir la guérir, cette pathologie se prend en charge au travers d’une formation BPCO.

En savoir plus sur la BPCO

La Bronchopneumopathie Chronique Obstructive porte l’appellation de maladie chronique. Il s’agit d’une inflammation des voies aériennes qui conduit à un épaississement des parois. En réaction, le malade sécrète et expectore du mucus.

Formation BPCO
Une prise en charge par la formation

Au niveau pulmonaire, la maladie s’attaque aux tissus puis détruit progressivement les alvéoles. La suite logique de cet effet ? L’emphysème.

Il faut souligner qu’une partie des patients souffrant d’une BPCO reste inconnue car pas diagnostiqués. Toutefois, les chiffres des personnes atteintes restent très élevés. En outre, le tabagisme féminin, en recrudescence, implique autant les femmes que les hommes dans ces affections.

Le principal responsable ? Le tabac

En premier lieu, on estime que le tabac engendre à lui seul 80% des cas de BPCO. Néanmoins, d’autres facteurs peuvent intervenir. La pollution de l’air ou les infections pulmonaires contractées pendant l’enfance peuvent constituer un terrain favorable à l’apparition de la BPCO.

Ensuite, il existe une autre source de nuisance avec l’exposition professionnelle. Ainsi, les poussières, les substances chimiques et les moisissures impactent également les facteurs de risque.

Par exemple, le secteur minier montre des expositions à la silice. Les métiers du bâtiment, du textile, de la fonderie/sidérurgie et certaines professions agricoles peuvent entraîner une infection de type BPCO.

Il faut souligner que pendant la pandémie, les personnes atteintes de BPCO pouvaient se faire vacciner en priorité. Cette maladie génère 5 comorbidités.

Enfin, si il n’existe pas de traitement contre la BPCO, l’arrêt du tabac, la prise de certains médicaments et des exercices physiques peuvent ralentir son évolution.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *